châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
Château de Fabrègues
 
 
 
 
 
 

      L'existence du château est mentionnée au début du Xe siècle, dans le testament de Saint Géraud, comte d'Aurillac, car c'est la résidence de son neveu Raymond. Le château passe aux Pousols, puis à la branche cadette de la famille Sarret. Il est acheté par Pierre Esqueriou de Parieu. C'est son fils (ou son petit-fils) qui fait réaliser les travaux. Avant les travaux, le château est composé d'une tour du XIVe ou du XVe siècle et d'un corps de logis hors œuvre du XVIIe ou du XVIIIe siècle. La tour rectangulaire a quatre niveaux, elle est couverte d'un toit en pavillon en pente douce. Le logis est séparé de la tour de quelques mètres, il n'est pas dans le même axe (l'ensemble forme un V très ouvert). Le logis a deux niveaux de cinq travées plus les combles aménagés et un sous-sol. Entre les deux bâtiments, une galerie couverte aménagée au-dessus d'un passage assez large pour une voiture hippomobile permet de relier les deux bâtiments par le premier étage.
Un premier projet est commandé à Juste Lisch qui restaurera le château de Saint-Étienne, sur les hauteurs d'Aurillac. Les archives du château conservent un projet d'élévation signé et daté d'avril 1861. Il ne modifie en rien la tour médiévale, ni même la galerie. Son projet concerne seulement le logis dont le toit est surélevé pour créer une façade plus imposante. Les lucarnes sont remplacées par d'autres, un peu plus grandes et plus décoratives (frontons cintrés brisés au centre et fronton en aileron pour les baies latérales). Il propose de reprendre une toiture en pavillon brisé, qu'il orne d'épis de faîtage. Au niveau de la travée centrale du premier étage, la fenêtre est remplacée par une porte-fenêtre qui ouvre sur un grand perron. Ce projet est assez simple, mais le grand escalier extérieur du logis moderne tend à éclipser la partie médiévale.
Un autre dessin conservé au château,présente une allure bien différente. La tour médiévale est couverte d'une haute toiture en pavillon coiffant un chemin de ronde avec mâchicoulis. La partie qui relie les deux bâtiments n'est pas une simple galerie, mais un pavillon haut avec deux fines tourelles en encorbellement. Cette partie conserve au rez-de-chaussée un passage au-dessus duquel il y a deux étages plus de hauts combles aménagés sous une toiture élancée et couverte d'épis de faîtage. Selon la notice des services de l'Inventaire, il présenterait la partie médiane dans son état du XVe-XVIe siècle. Mais le corps de logis (daté du XVIIe-XVIIIe siècle) ressemble farouchement au logis moderne, il présente même au centre un grand perron qui donne accès à la porte centrale du premier étage (comme le propose Lisch). Il est toutefois plus haut et couronné de mâchicoulis. On pense donc qu'il ne s'agit pas d'une représentation d'un état ancien, mais bel et bien d'un projet visant à donner à l'ensemble l'allure d'un château de la toute fin du XVe siècle.
La tour compte désormais quatre niveaux d'égale hauteur (on ajoute quelques assises au sommet pour rendre le dernier étage plus aisément logeable). Les baies de ce niveau s'arrêtent juste avant le départ du toit, on juge pourtant utile de les doter d'un fronton cintré. Dans un souci de décoration, le toit repose sur une bande sculptée de modillons si petits qu'ils ressemblent à des gouttes ou à une amorce de billette. Le porche présente un léger bossage une assise sur deux. La baie rectangulaire du passage est inscrite dans un arc surbaissé à clef passante et pendante convexe et à plate-bande à crossettes en escalier. La grande baie de l'étage est à peine plus haute qu'une fenêtre en demi-cercle. Elle est placée sous un ébrasement concave qui reçoit au niveau de la clef le blason du propriétaire entouré de volutes et de feuillages stylisés. Le passage est ouvert sur plusieurs portes dont l'entrée d'honneur et l'entrée de service. Cette entrée d'honneur ne bénéfice d'aucun décor particulier, c'est sans doute la plus sobre qui ait pu être observée. Cela s'explique sans doute parce que cette porte n'est pas visible de loin et que l'attrait principal de l'arrivée dans ce château est le porche lui-même et ses décors. La partie interne mélange andésite et briques apparentes (ce qui est très rare dans cette zone où la brique est habituellement cachée). Cet espace est éclairé par les deux grandes baies du passage, mais aussi par un tambour situé dans la partie supérieure. La galerie de l'étage est très largement vitrée sur l'extérieur, mais elle reçoit en son centre un grand cylindre maçonné, percé de grandes baies qui accueillent des vitraux. Ces derniers offrent une lumière riche grâce à une alternance de verrière de Pompey, très lumineuses (verre transparent et cabochons rouges) ou plutôt colorées (différentes couleurs, verres texturés et des cives). Depuis le passage, la coupole est ornée d'une mosaïque polychrome à tesselles carrées ou en demi-sphère.
Sur la façade du grand logis, les niveaux sont clairement lisibles. La partie sud du sous-sol est visible sur presque toute sa hauteur: la partie basse laisse apparaître cinq assises de gros moellons sombres au-dessus desquelles une assise régulière délimite la hauteur à laquelle sont ouvertes les petites baies. Au-dessus, une autre assise d'andésite marque le niveau du plancher du rez-de-chaussée surélevé. Les baies du rez-de-chaussée sont toutes transformées en portes-fenêtres. Celle du centre a un petit balcon, mais les autres ont un garde-corps quasiment dans l'alignement de la façade. Comme pour la tour, les fenêtres du dernier étage sont artificiellement prolongées par un fronton (cintré ou triangulaire, en alternance). Le bord du toit est orné des mêmes modillons miniatures. L'eau de pluie est canalisée par des gouttières dont certaines (au moins celles de l'arrière) conduisent l'eau vers un petit bassin. (1)

Éléments protégés MH : les jardins, le château, y compris le porche et les pièces suivantes avec leur décor : l'escalier, la grande antichambre, la salle à manger, le salon des Quatre Saisons, le salon Louis XV, le salon Empire, la bibliothèque (aile Sud), la chambre XVIIIe siècle aux lambris peints, la chapelle (aile Nord) : inscription par arrêté du 5 mars 1992.

château de Fabrègues 15000 Aurillac, propriété privée, ne se visite pas.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos, etc.) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Propriétaire de ce monument, vous pouvez enrichir notre base de données en nous adressant des photos pour illustrer cette page, merci.
Licence photo©webmaster"B-E",
photos interdites à la publication sur internet, pour un autre usage nous demander (Contact)

 
 
 
 
   
 
 
 


(1)    Deribier du Châtelet : dictionnaire statistique du département du Cantal.

(2)   
Texte de loi sur le droit à l'image des biens (photos)

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/patrimoine, que nous remercions chaleureusement
 

 

Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.