châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château de Joux
 
 
château de Joux château de Joux château de Joux
 
 

 L'histoire de Joux commence avec la trace la plus ancienne attestant l'existence du château en 1034 lorsque les troupes de Conrad II, empereur germanique et Roi de Bourgogne, l'assiégèrent sans succès et tomba finalement par surprise, aux mains des Lombards du marquis Boniface. Il était alors connu sous le nom de Miroaltum que l'on retrouve dans les chartes médiévales sous la forme de Miroaz, Mireval, Miroual, Mirouhaut, etc. Quant au nom définitif de Joux, il désignait primitivement des forêts et, par un abus de langage, les montagnes jurassiennes elles mêmes qui en étaient emplantées, jura est la traduction latine de Joux. La maison de Joux s'éteignit en 1326 à la mort du jeune Henri qui avait disposé de tous ses biens au profit de sa soeur Jacquette. De son mariage avec Jean de Blonay, Jacquette de Joux eut un fils Hugues de Blonay, Chevalier, Seigneur de Joux. Mort jeune, il n'eut de Marguerite de Grandson, qu'une fille prénommée Jeanne. Jeanne de Blonay épousa Vauthier de Vienne qui mourut sans héritier en 1390. Sa veuve vendit la seigneurie en 1410 à Guillaume de Vienne, seigneur de Saint Georges et de Sainte Croix, son fils, Guillaume II, ruiné, dut vendre ses seigneuries. L'achat de Joux par Philippe le Bon, duc et comte de Bourgogne, en 1454, marqua la fin des sires de Joux proprement dits. Philippe le Bon demeura sire de Joux jusqu'à sa mort, 15 juin 1467. Son fils, Charles le Téméraire lui succéda. Après la fin tragique du grand duc d'Occident devant Nancy, 5 janvier 1477, sa fille Marie, comtesse de Bourgogne, devint la nouvelle dame de Joux. Le 18 août 1477, elle épousait Maximilien d'Autriche, fils de l'empereur Frédéric III.
Charles d'Amboise prit Joux au nom de Louis XI, le 27 avril 1480, sans combat, grâce à la trahison de Louis Allemand, capitaine châtelain de la place, qui avait reçu du roi de France une somme de 13.000 livres. Louis XI donna ou plutôt rendit Joux et la seigneurie à Philippe de Hochberg, comte de Neuchâtel, fils de Rodolphe de Hochberg et de Marguerite de Vienne. L'empereur Maximilien s'empressa de reconnaître le nouveau seigneur de Joux pour maintenir l'équilibre des forces et éviter que Philippe ne basculât définitivement dans le camp de la France. Louis XI riposta en offrant sa propre nièce, Marie de Savoie, à Philippe de Hochberg alors âgé de 27 ans. Le mariage fut célébré en 1480. Le 6 octobre 1504, Jeanne fille de Philippe de Hochberg, épousa Louis d'Orléans. A la mort de l'archiduc Philippe le Beau, l'empereur Maximilien craignit une invasion française de la Franche-Comté par les troupes de Louis XII. La garnison franco-neuchâteloise de Joux devait être remplacée pour la sécurité de l'empire, il ordonna une expédition militaire dont Denis de Montrichard prit la tête. Il obtint la remise de Joux, sans grande résistance, en septembre 1507. Dès lors, le château et la seigneurie ne cessèrent de relever du domaine comtal et donc de la couronne d'Espagne, passant de Marguerite d'Autriche (fille de Maximilien) à son neveu Charles-Quint de 1530 à 1556 et aux descendants de cet empereur : Philippe II d'Espagne, l'infante Isabelle, archiduchesse d'Autriche et Philippe IV, maître de Joux dès 1633. Les troupes "suédoises" de Bernard de Saxe-Weimar l'en dépouillèrent en 1639 lors de la terrible guerre de Dix Ans qui coûta la vie à 60 % de la population franc-comtoise. Jean Christophe de Grün officier de l'armée ennemie, occupa le château de Joux jusqu'en 1648.
Mazarin en offrit le gouvernement à Henri II d'Orléans, comte de Neuchâtel, descendant des Hochberg, mais la paix des Pyrénées rendit le château à Philippe IV, roi d'Espagne. Prêtres et laïcs, victimes de la Révolution, connurent les geôles du château à partir de 1793. Puis Bonaparte y envoya prisonniers de guerre et opposants politiques. En 1940, le fort se distingua par une résistance de huit jours face à l'armée allemande, en n'acceptant de capituler que le 24 juin, soit deux jours après la signature officielle de l'armistice avec l'Allemagne. En 1954, le président du Syndicat d'Intitiative de Pontarlier, Maurice Cordier, obtenait de l'Autorité Militaire la signature d'une première convention autorisant la visite du monument historique sous la conduite de guides. Depuis le 1er janvier 2000, c'est la CCL, comprenant dix communes, via sa commission tourisme, présidée par le maire de Pontarlier, qui a en charge la destinée du château de Joux.

Éléments protégés MH : le château, y compris la cinquième enceinte et ses fossés, ainsi que la batterie de la Rochette, reconstruites au XIXe siècle : classement par arrêté du 18 juillet 1996.

château de Joux 25300 La Cluse et Mijoux, tél. +33 (0)3 81 69 47 95 - Fax 03 81 69 53 11, ouvert au public du 1er avril au 15 novembre, tous les jours de 10h à 11h30 et de 14h à 16h30. En juillet et août de 9h à 18h.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Propriétaire de cet édifice, vous pouvez enrichir notre base de données en nous adressant un historique détaillé et des photos pour illustrer cette page, merci.
Nous remercions M. Vincent Tournaire du site http://webtournaire.com/paramoteurparapente.htm pour les photos aériennes qu'il nous a adressées.
Licence photo©webmaster"B-E", photos interdites à la publication sur internet, pour un autre usage nous demander (Contact)

 
 
 
 
château de Joux château de Joux château de Joux

 

 
château de Joux château de Joux château de Joux château de Joux
 
 
 
château de Joux château de Joux château de Joux château de Joux

 

   
 
 


(1)   
Texte de loi sur le droit à l'image des biens (photos)


Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/patrimoine, que nous remercions chaleureusement
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.