châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château de Fontenay le Vicomte
 
 

         Le château de Fontenay-le-Vicomte fut probablement reconstruit vers 1850 à l’emplacement du château de La Salle. A cette époque en effet, le marquis de La Prévalaye avait sollicité du sous-préfet de Corbeil une autorisation d'exploitation d'une carrière de pierre à ciel ouvert à Fontenay, sur le chemin de Pailleau, pour servir à la construction ou la réfection de bâtiments de la ferme du château. Elle lui fut accordée par arrêté préfectoral du 18 juillet. Il dut en profiter pour poursuivre ses réaménagements. Le marquis de La Prévalaye mourut au château de Fontenay-le-Vicomte, le 5 mars 1853, âgé de 71 ans. Dès le lendemain, son gendre, âgé de 29 ans, et son fermier Hénault, âgé de 40 ans, avec lequel il s'était lié d'amitié, vinrent déclarer son décès en mairie. Le domaine de Fontenay revint donc à sa fille unique et seule héritière, Louise-Sophie. Sa mère se vit délivrer les 210 000 francs de son douaire, conformément à son contrat de mariage et en donna quittance devant notaire, le 7 mai 18533. La disparition de l'inventaire après décès de Louis-Sophie, daté du 9 novembre 1889, constitue une nouvelle lacune dans l'histoire du domaine après celle du fief de La Salle aux Payens aux XVIIe siècle. Fort heureusement, elle est compensée en partie par l'analyse succincte des titres et papiers de cet inventaire contenu dans l'acte de partage du 7 octobre 1891 et par l'inventaire après décès de Charles, son époux, du 17 avril 1861. Louise-Sophie poursuivit la politique d'accroissement du domaine de son père, surtout après les cessions faites en décembre 1865 pour la création de la ligne de chemin de fer en direction de Lyon par le Bourbonnais. Femme de grande piété, elle avait établi dans la maison acquise des époux Bidonet, le 17 août 1861, le presbytère de la paroisse de Fontenay et dans celle acquise de la marquise de Sercey, le 25 octobre 1866, une maison d'éducation religieuse. Une partie du jardin de la maison fut annexée au parc du château. Le 22 août 1869, elle acquit de mesdames Fréchot, Cochin et Tétart, devant Me Jozon, notaire à Corbeil, une grange qu'elle fit détruire et son terrain. Celui-ci servit à l'établissement d'un chemin pour relier la maison d'éducation au château. Le surplus fut employé une nouvelle fois à l'accroissement du domaine. Outre les tourbières et les fermes, Louise-Sophie bailla les poissons de ses étangs : le 20 novembre 1854, elle concéda à Henri Barassé, pêcheur domicilié à Vert-le-Petit, les eaux du domaine des bailleurs à Fontenay pour douze années, moyennant 300 francs annuels durant les dix premières et 400 francs les suivantes. L'argent ainsi récolté servit, outre les acquisitions de terres, à l'entretien du bâti.
Après la reconstruction du château et des communs par son père, elle procéda à la restauration générale de la ferme du château pour la coquette somme de 19 829,47 francs. Louise-Sophie demeura en possession du domaine de Fontenay jusqu'à sa mort au château, le 29 septembre 1889. Le partage de ses biens fonciers, dont ceux de Fontenay, se fit entre les trois enfants survivants issus de son union avec Charles Espivent de La Villesboisnet. Dans son rapport, Laroche porta un jugement sévère sur le château et ses dépendances : il considérait le premier comme "une construction sans style" dont "seule la dimension lui conférait de l'importance". Il était, disait-il, mal distribué, mal décoré, les étages très peu élevés et la construction très médiocre et en mauvais état. Ce dernier point atteste que le château n'est pas de la fin du XIXe comme on l'a dit, mais bien du second quart du siècle ! Ce bâtiment, ajoutait-il, ne présente ni la commodité d'une habitation moderne, ni le caractère et les grandes proportions des châteaux anciens ! Sa transformation serait donc très onéreuse. Les seuls mérites du bâtiment résidaient, selon lui, dans son grand nombre de pièces, pratique pour loger une famille nombreuse, et surtout dans sa chapelle à laquelle il trouvait un certain caractère seigneurial. Les communs n'étaient guère mieux lotis à son goût et nécessitaient également d'importantes réparations. Les murs du parc étaient en très mauvais état et ne permettaient plus par conséquent d'y chasser. Laroche estima ainsi le château et les communs à 68 000 francs. S'agissant du parc, la valeur s'en trouvait diminuée selon lui, par la présence de la voie ferrée et ce, en dépit des arbres magnifiques dont il était clairsemé. Aujourd'hui, l’édifice comprend onze travées situées de part et d’autre d’un avant-corps central. L’ensemble est flanqué de deux tourelles d’angle de plan carré. Le château a subi quelques transformations mineures au cours du XXe siècle : disparition des lanterneaux latéraux et de l’horloge située sous la lucarne à fronton-pignon de l’avant-corps central. Le château comprend plusieurs parties constituantes dont des écuries et une orangerie. La lecture du cadastre napoléonien et la nature de la maçonnerie du pignon méridional permettent d’affirmer que les écuries de style néo-gothique sont installées dans un bâtiment dont la structure a été conservée et agrémentée d’un habillage de briques (pignon à redents de briques sur mur de moellons de meulière). En revanche il semblerait que l’orangerie ait subi d’importantes transformations afin de la transformer en logements.

château de Fontenay le Vicomte 91540 Fontenay-le-Vicomte, propriété privée, ne se visite pas.


Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Propriétaire de cet édifice, vous pouvez enrichir notre base de données en nous adressant des photos pour illustrer cette page, merci.

A voir sur cette page "châteaux de l'Essonne" tous les châteaux répertoriés à ce jour dans ce département.

 
 
 
 
   
 
   
 
 


(1)
    Texte de loi sur le droit à l'image des biens (photos)

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.