châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château de Vaudouleurs
 
 

     Selon une compilation non datée "le plus ancien seigneur de Vaudouleur serait Jehan Triboullart escuyer qui vendit à Guillaume Petitbon un hostel clouz a murs a creneaux assis à Vaudouleur" (aveu à Catherine de Semve du 16 août 1449). Le contrat de vente daterait du 18 octobre 1437. La distinction faite jusqu'en 1622 entre le Petit et le Grand Vaudouleur n‘ayant pas été appliquée de manière systématique, il n'est pas toujours aisé de savoir auquel des deux se rapportent certaines descriptions. D'ailleurs les aveux que l'on possède pour le Petit Vaudouleur permettent simplement d'établir la liste des propriétaires : Guillaume Petibon en 1449, en 1559 Guillemette Dantelu, puis son fils Guillaume Le Long en 1575. Le 9 juin 1622 enfin, Guillaume Le Long rend hommage pour une possession masure jardin et vigne, appelé Petitbon, à lui échu par le décès de Guillaume Le Long son pére (chartrier de Vaudouleurs). Claude Godin est à son tour propriétaire le 22 août 1595 du "lieu et manoir de Vaudouleurs consistant en maison à demeurer, granges, étables, cave dessous, le tout couvert de thuille et chaume, cour ou y a puis à eau, jardin, volière et droit de coulombier duquel il y a encore a présent des vestiges, clos à murs, porte charretier et ponty, à luy échu par le décès de Guillaume Godin prêtre". Enfin, Jacques Godin, fils de Claude, rend hommage pour raison du fief de Vaudouleurs le 2 novembre 1606. Les bâtiments ne semblent pas en trés bon état ors d'une vente le 11 juillet 1618 : "le lieu seigneurial de Vaudouleur consistant en plusieurs masures, colombier à pied non couvert, jardin clos de murs en partie...".
A l'occasion d'un procès qui se déroula le 5 janvier 1688, on apprend que François Odet Chevreau acquit en 1661 "le fief de Vaudouleurs qui estoit partagé le Grand et le Petit, et consistoit en terres, vignes, enclos et en deux maisons séparées dont une estoit possédée par la damoiselle de Maurembert qui avoit acquise du sieur Godin, et Faure par le seigneur de Saint-André qui avoit acquise des seigneurs Ponnille. Le seigneur Chevreau ruina la maison de Saint André, et conserva les murailles de lenclos...". A la fin de la même année, François Odet Chevreau, "écuyer, conseiller secrétaire du Roy maison et couronne de France et de ses finances servant au Parlement, seigneur de Vaudouleur, rend foi et hommage pour le fief de Vaudouleur consistant en un corps de logis aveq deux pavillons, basse cour, coulumbier a pied, escurie, grange, foullerie, estables, cave et greniers au dessus, le tout couvert de thule et ardoise, jardin et vigne, le tout clos de murs (20 décembre 1688)". Le fief dépend toujours de Boutervilliers à cause de la tour de Senive et Pierre Savary conseiller du Roy en ses conseils, grand maître des eaux et forêt de Flandre en est alors le seigneur. Il parait presque impossible de rapprocher cette description sommaire du plan de Trudaine et des autres documents figurés du XVIIIe siécle. Peut-être pourra-t-on juste admettre que la basse cour est bordée sur trois côtés par des bâtiments formant un U, disposition que l'on retrouve de façon systématique, quoique d'orientation différente.
La propriété demeure dans la famille de François Odet Chevreau jusqu’en 1800 lorsque le 14 pluviôse an VIII Made Chevreau-Vaudouleurs vend à Emmanuel Jean Baptiste Joseph Marchand, "commissaire des guerres employé à l'armée d'Italie, demeurant à Paris, le domaine de Vaudouleurs sur les bords de la rivière de Juine et de Louette consistant en maison de maître et de fermier, cour, basse cour, jardins et clos, prés, aulnais, bois et terres labourables en dépendant...". La maison de maître "distribuée en un vestibule, salle à manger ou est un office, chambre a coucher au bout, cabinet ensuitte, de l'autre côté du bâtiment et a droite de l'escalier, antichambre, salon de compagnie, le tout boisé et orné de glaces et chambranles de marbre et de pierre de liais en couleur. Au premier plusieurs appartements de maître, cabinets et garde-robes, au second, chambres de domestiques et cabinets lambrissés combles au-dessus en pavillon couverts en thuille, cave sous lesdits bâtiments dont entrée est sous l'escalier dans le vestibule. De l'autre côté dudit bâtiment est un autre plus petit distribué en cuisine, office et dépense, petite cave dessous chambres et cabinets dessus et lieux d'aisances. Grande cour verte dans laquelle on entre par une porte cochère et petite porte a côté. Basse cour à c6té de celle ci-dessus et ayant son entrée par une porte grillée en bois de chêne. Les bâtiments de ladite basse-cour consistant en un colombier, fournil, chambre audessus, deux écuries greniers dessus toits à porc, poulailler, trois remises au bout, grenier dessus, cave dessous, granges au blé, logement des gens de la basse cour et autres aisances et dépendances. Grand jardin distribué en bosquets, verger potager et terres labourables, le tout enclos de murs et fermé par des grilles defer. L'allée des cascades planté en aulnes, Fresnes et trembles fermé de deux bouts par les rivières et de deux par des fossés d'eau courante".
Le cadastre napoléonien ainsi qu'un plan qui s'en inspire correspondent a l'état au début du XIXe siècle, mais la localisation des bâtiments demeure incertaine. Outre la succession des propriétaires, les matrices cadastrales permettent surtout de préciser la chronologie des bâtiments. Ainsi parait se confirmer une information figurant dans Annuaire de Seine-et-Oise de 1866, selon laquelle le château de Vaudouleurs, très ancien, aurait été entièrement rebâti en 1860. C'est à Etienne Lazare Couturier, banquier parisien et propriétaire du domaine depuis le 27 juillet 1859, que l'on doit cette reconstruction mentionnée au cadastre en 1863, réalisée toutefois sans qu'il y ait conféré de privilège d'architecte ou d'entrepreneur (chartrier de Vaudouleurs : vente du 24 et 25 avril 1891). Il a également fait bâtir la chapelle achevée en 1873 et l'ancienne maison du gardien, située sur la commune d'Étampes, achevée en 1869. L'ancienne maison du jardinier aurait été bâtie vers 1840-43, alors que Calixte Angiboust, bourgeois à Étampes possédait Vaudouleurs. Lors de la vente par Henri Marie Charles Couturier à Alfred Crosnier le 24 et 25 avril 1891, le domaine de Vaudouleurs est dit comporter "une maison habitation comprenant principal corps de bâtiment, une petite chapelle, communs, vacheries, basse-cour, écurie, remise, serre, parc entourant la propriété traversée par la rivière de la Chalouette ou d'Étampes, verger, potager, sources vives. Une maison de jardinier dite le Petit Vaudouleur sur les bords de la Juine". Actuellement, le château, la chapelle et l'ancienne maison du gardien sont désaffectés et menacent ruine. Une construction neuve a été élevée au centre du terrain.
Situé au sud-ouest du village de Morigny, le domaine de Vaudouleurs est délimité a l'est par le chemin rural du Prieuré Morigny; au sud par la limite du territoire communal et l'ouest par la rivière d'Etampes. L'accès au château, composé de cinq travée sur deux niveaux, se fait par une porte précédée d'un perron de six marches. Une lucarne plus grande accentue la travée d'axe Décor dans l'enduit : chaînes d'angles à refends, pilastres encadrant la travée axiale, clef légèrement saillante ponctuant le linteau des fenétres, toit brisé. Dans la vente des 24 et 25 avril 1891 (chartrier de Vaudouleurs), les communs sont dits se composer de : "bûcher, poulailler et basse-cour ; un bâtiment comprenant cave, laiterie, sellerie, écurie, remise, grange, au-dessus chambre a avoine et greniers à fourrage, serre par derrière. Un autre bâtiment composé de vacherie, remise, logement de deux pièces pour la femme de basse cour, fruitier, chambre du cocher et grand grenier”. Est aussi mentionné un réservoir élevé sur colonnes en fonte avec manége, puits et pompe (eau de ce réservoir alimente la cuisine de la maison). La chapelle est un bâtiment de plan octogonal, avec une sacristie rectangulaire au nord-est. On y accède par un perron de cinq marches. Les deux c6tés nord et sud sont éclairés par une fenêtre jumelée en plein cintre...

château de Vaudouleurs 91150 Morigny-Champigny, propriété privée, ne se visite pas.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Propriétaire de cet édifice, vous pouvez enrichir notre base de données en nous ad
ressant un historique détaillé et des photos pour illustrer cette page, merci.
A voir sur cette page "châteaux de l'Essonne" tous les châteaux répertoriés à ce jour dans ce département.

 
 
 
 
   
 
   
 
 


(1)
    Texte de loi sur le droit à l'image des biens (photos)

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.