châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
 
Château des Comtes d'Armagnac
 
 
 
 

    C'est au milieu du XIVe siècle que Lectoure entre dans la mouvance des comtes d'Armagnac. Leurs possessions se situent au sud de la Garonne, en Rouergue et en Auvergne, mais c'est à Lectoure qu'ils établissent la capitale de tous leurs états et qu'ils installent leur château-résidence à l'extrémité ouest de l'éperon, sur les vestiges d'un château préexistant. Lors des guerres franco-anglaises les Armagnacs prennent le parti du roi de France mais Jean IV et Jean V ont une politique moins claire et leurs possessions sont si grandes qu'elles inquiètent les rois de France. L'excommunication de Jean V pour relation incestueuse avec sa soeur donne l'occasion à Louis XI de faire le siège de la ville de 1472 à 1473. A cette occasion le château subit d'importantes destructions puis il est ensuite réparé et aménagé jusqu'au XVIIe siècle par le pouvoir royal devenu propriétaire. On ne connait bien que l'état fin XVIe siècle/début XVIIe siècle du château grâce à un texte et deux plans. On apprend l'existence de deux éléments aujourd'hui disparus: une aile sud et une entrée Est protégée par deux tours rondes. Entre 1583 et 1590 le château est séparé de la ville par un double bastion aux dimensions imposantes et un plus petit bastion est construit au nord. Une partie du château sert de prison. En 1632, le duc de Montmorency, gouverneur du Languedoc, filleul d'Henri IV, s'étant rebellé contre Richelieu est fait prisonnier le 1er septembre à Castelnaudary puis incarcéré au château de Lectoure. Il tentera de s'échapper, mais, vite repris, il est conduit à Toulouse où il est exécuté pour crime de lèse-majesté le 30 octobre. Après que Louis XV lui ait fait don du "vieux château" de Lectoure, l'évêque Claude François de Narbonne-Pelet fait construire un grand hôpital de plan en "U" à l'emplacement des vestiges, de 1758 à 1766. Le double bastion Est séparant le château de la ville est supprimé, le niveau du sol est élevé, et seule l'extrémité ouest du château est conservée et utilisée. C'est là que sont placés la pharmacie, la boulangerie, les greniers à blé et à foin, les étables et les bûchers de l'hôpital. Et c'est cette aile qui est parvenue jusqu'à nous. L'effondrement du bastion nord du château survient au cours du XIXe siècle, après 1824, puisque ce dernier est encore représenté sur le cadastre ancien en tant que cimetière des soeurs de l'hôpital. L'Élévation Est de la moitié nord des vestiges du château n'est pas encore refaite en 1824, elle sera au cours du XIXe siècle.
L'aile conservée du château couronne l'extrémité de l'éperon sur lequel la ville est bâtie. Lors de l'incendie de la moitié nord, seule l'élévation ouest a survécu. La moitié sud est divisée en trois. Le premier niveau n'est accessible qu'au sud, grâce à la construction d'un escalier dans le remblai. Une large porte couverte d'un arc brisé ouvre sur une salle voûtée en plein cintre. La pièce située au-dessus conserve les meubles de la pharmacie installée au XVIIIe siècle. Le deuxième étage, à l'élévation incomplète, est couvert par la toiture actuelle. Il est accessible par un étroit escalier en vis situé dans un angle de la maçonnerie. La base d'un piédroit de la cheminée est ornée de moulures prismatiques. Les vestiges d'une latrine construite en encorbellement sont visibles à l'extérieur du mur sud. Le milieu de l'aile conservée du château est occupé par deux salles jumelles voûtées en plein cintre, perpendiculaires à celle de la salle sud. Chacune des deux salles est éclairée à l'ouest par une fenêtre haute en plein cintre et par une croisée (transformée en porte) à l'Est. L'élévation ouest de chaque salle comporte deux canonnières. La salle sud a conservé une cheminée. Les voûtes de ces deux salles supportent la grande salle du premier étage (salle d'apparat ?) dont les fenêtres semblent dater du XVIIe siècle. Du deuxième étage, presque entièrement détruit, il subsiste une porte visible depuis le premier. Une tour octogonale demi hors oeuvre, épaulée par un massif contrefort, renfermant un large escalier en vis, est construite dans l'élévation Est du tiers nord de l'aile. Sa forme et son décor sculpté de losanges, de cabochons et de colonnes cannelées révèlent le XVIe siècle. A l'étage l'escalier mène à une ancienne grande salle ayant conservé les piédroits d'une cheminée monumentale. Les canonnières de l'élévation ouest du château semblent taillées après la construction, parfois dans d'anciennes archères. Quant aux vestiges du bastion nord-ouest, plus tardif, on note l'alignement sommital de canonnières circulaires sur le pan ouest.

Éléments protégés MH : le château des comtes d’Armagnac : les façades et les toitures, l'intérieur de la partie sud de l’aile ouest, y compris l’ancienne pharmacie, le bastion nord-ouest et son moineau. L'hôpital : les façades et les toitures (y compris l’arc muré et son bassin) et la clôture avec sa grille, la chapelle en totalité (y compris la sacristie), les galeries de circulation du rez-de-chaussée et la cage d’escalier monumentale et l'intégralité des salles du sous-sol : inscription par arrêté du 22 août 2016.

château des Comtes d'Armagnac, Cours d'Armagnac, 32700 Lectoure, propriété de la commune, visite des extérieurs.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Propriétaire de cet édifice, vous pouvez enrichir notre base de données en nous adressant des photos pour illustrer cette page, merci.

 
 
 
 
   
 
 
 


(1)   
Texte de loi sur le droit à l'image des biens (photos)


Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/patrimoine, que nous remercions chaleureusement
 
Copyright ©webmaster@chateau-fort-manoir-chateau.eu     Tous droits réservés.