châteaux de France
             Accueil          Châteaux Val de Loire          Châteaux pour réceptions          Châteaux à l'abandon          Contact
 
 
 
 

 

 
Château de Polignac

  C’est le berceau d’une puissante famille connue depuis le haut Moyen Âge (Armand de Polignac, 886). Propriétaires du château, les vicomtes héréditaires du Velay en prirent le nom à partir du XIe siècle et en firent leur résidence ordinaire jusqu’au début du XVIIe siècle, date à laquelle ils lui préfèrent le château de La Voûte Polignac. Surnommés "les rois des montagnes", les Polignac se sont opposés fréquemment aux évêques du Puy (bien qu’il y eût un Étienne évêque du Puy de 1073 à 1077 et un Armand de 1255 à 1257) pour la perception des péages sur la route du pèlerinage à Notre-Dame du Puy-en-Velay. Pons II et son frère Héracle II, se liguèrent en 1087 contre l’évêque Adémar de Ponteil, mais s’illustrèrent lors de la première Croisade. Louis le Jeune, futur Louis VII, descendu en Auvergne en 1166, fit prisonnier Pons III et son fils Héracle III, brigands notoires qui s’attaquaient aux pèlerins, aux marchands ey même à Brioude et son abbaye, pour rétablir l’autorité de son père Louis VI le Gros.

   Le donjon, ou "grosse tour", fut édifié par Randon Armand X (1336), vicomte de 1385 à 1421. Louis XI, encore Dauphin, dut attaquer en 1437 la forteresse acquise aux Anglais (l’histoire se répète) pour rétablir l’autorité de son père contre Louis-Armand. En 1533, François Armand XVI, surnommé le Grand Justicier en raison de son grand nombre de procès, reçut François 1er en route vers Marseille, avant son passage au Puy ; il suivra le roi contre Charles-Quint. Lors des guerres de religion, les Polignac prirent le parti d’Henri IV, faisant du château le bastion des Royalistes face au Puy ligueur. Philiberte de Clermont-Tallard, la deuxième épouse du Grand Justicier, vicomtesse et douairière de Polignac, répara le donjon de 1565 à 1566. Melchior, petit-fils de François-Armand, fut un grand diplomate, archevêque d’Auch et académicien au fauteuil de Bossuet. Son petit neveu Jules François fut marié à Yolande de Polastron, qui fut gouvernante des enfants de France; le couple émigrera en Ukraine et n’en revint pas.

  Leur fils aîné, Armand devient duc et pair à la mort de son père. Son frère Auguste Jules, ministre des affaires étrangères, puis président du Conseil, fera signer à Charles X les quatre ordonnances qui leur seront fatales. Le prince Charles Marie son fils prendra une part active à la colonisation de l’Afrique du nord. Le château fort de Polignac occupe un énorme rocher volcanique (dyke) de 200 m x 120 m, à 700 m d’altitude. La plateforme est dotée sur son pourtour d’une enceinte crénelée, cantonnée de tours, avec d’originales huchettes, ailleurs en bois, ici en pierre, édifiées dans le merlon et percées d’une bouche à feu. On y accède par le village, côté nord, à l’origine défendu par une triple ligne de remparts et six portes. Il ne reste que des vestiges des trois premières. La quatrième, défendue à sa gauche par la tour de la Géhenne, du XIIIe, conserve un pont-levis, une herse et une arcade en avancée qui cache un assommoir. Une autre est défendue par des bouches à feu. Flanqué d’une tourelle abritant un escalier en vis de 144 marches.

 Le donjon est un édifice 16 mètres sur 13 qui surplombe l’abîme du haut de ses 32 mètres. La base des murs est fortement talutée. Sa porte d’entrée, basse et étroite couverte par un arc brisé, s’ouvre à l’est, au rez-de-chaussée. On accède, par un passage très étroit le long du rempart, à une salle voutée, où l’on conserve une tête de divinité, peut être Apollon. La partie supérieure de cette tour-résidence est divisée par des planchers, aujourd’hui disparus en trois étages, chacun doté fenêtres et d’une belle cheminée en pierre. Le couronnement (voûte et mâchicoulis) fut rétabli de 1893 à 1897, d’après des gravures anciennes. Auprès du donjon, les restes d’un logis seigneurial du XVe siècle, et d’un autre logis appuyé au rempart. Dans la cour qui les sépare, un puits profond de 83,50 m. On reconnaîtra une chapelle romane, à nef unique ; sur son transept ouvre une abside flanquée de deux absidioles. À l’extérieur, des tombes sont creusées à même le roc.

 
château-fort de Polignac 43770 Polignac, ouvert de 13h30 à 17h30 en mars, avril, octobre et du 1er au 11 novembre, de 10h à 12h et de 13h30 à 18h en mai, juin et septembre, de 10 à 18h30 en juillet et août. Visites guidées tous les jours à 10h30 et 15h du 1er juillet au 1er septembre inclus. A 15h les week-ends de mai, juin et septembre. Pour les groupes (mini 15 pers), toute l’année sur réservation, tel : 04 71 04 06 04.
 
Nous remercions chaleureusement M. Bucherer, pour l'historique et les photos ci-dessous, du château de Polignac qu'il nous a adressés pour réaliser cette page.

 
 
 

 

 

 
 

 

 

 
 
 
 

 
(1)    Texte de loi sur le droit à l'image des biens (photos)

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers mais également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 

 

Copyright © webmaster@chateau-fort-manoir-chateau.eu Tous droits réservés