châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château de Capdenac
 
 

 Le castrum médiéval de Capdenac a succédé à un oppidum qui a connu une importante occupation protohistorique puis antique, qui s'est prolongée pendant le haut Moyen Age. Il apparaît dans la Vita de saint Géraud d'Aurillac (vers 855 - vers 918), à l'occasion d'une guérison miraculeuse. En 1095, les seigneurs de Capdenac font partie des "avoués-défenseurs" de l'abbaye de Figeac qui sont excommuniés par le pape Urbain II. En 1180, pour s'opposer à l'avancée des troupes du roi d'Aragon, le comte de Toulouse campe devant le castrum de Capdenac : on compte parmi nobles engagés à ses côtés un Adhémard de Capdenac et un Bertrand de Balaguier, qui appartiennent sans doute à des familles qui se partagent la seigneurie. De fait, les coseigneurs semblent relativement nombreux : lors de l'hommage à Simon de Montfort en 1214, ils sont mentionnés collectivement, et ce ne sont pas moins de quinze coseigneurs qui figurent sur la charte des coutumes octroyées en 1291, dont quatre Balaguier et cinq Capdenac. Le castrum reste partagé entre une multitude de coseigneurs jusqu'à la Révolution. D'abord aux comtes de Toulouse, la suzeraineté passe aux rois de France qui confirment à plusieurs reprises les privilèges des habitants de Capdenac au cours du XIVe siècle, mais la place forte est placée sous l'autorité des comtes d'Armagnac devenu comte de Rodez en 1302, qui la conservent jusqu'en 1518, où elle est vendue à Galiot de Genouillac, seigneur d'Assier. Devenue citadelle protestante, elle fait partie des places de sûreté accordées aux Réformés par l'Edit de Nantes.
En 1214, Simon de Montfort n'avait pas exigé la démolition des fortifications de Capdenac, qui demeure une place forte stratégique à la frontière entre Quercy et Rouergue. Pendant la guerre de Cent ans, la forteresse n'est jamais prise par les Anglais, alors que la garnison qu'y tenait Dorde de Lentillac en 1352 se composait de dix cavaliers, huit lanciers et douze arbalétriers. Les coseigneurs ne possédaient pas de châteaux à l'intérieur de la place dont la protection était assurée par les fortifications du castrum, dont l'entretien incombait aux coseigneurs et aux consuls. Le vestige le plus ancien de l'enceinte pourrait être la base d'une tour datable du XIIe ou du XIIIe siècle, l'essentiel des parties médiévales des fortifications appartenant au XIIIe siècle, ou au début du XIVe siècle, en particulier pour la tour de Modon dont on sait cependant qu'elle a fait l'objet de travaux de réparation en 1394. Par rapport à d'autres ensembles comparables, Capdenac ne conserve que peu de vestiges de maisons des XIIe-XIVe siècles (moins de 20), qui sont principalement répartis près de la porte Vigane, au sud, et en bordure de la place Lucter et de la rue du Mirail, au nord. Ont également été repérés 12 bâtiments, complets ou à l'état de vestiges, datables des XVe et XVIe siècles.
Le site est celui d'un éperon rocheux dominant la vallée du Lot, entre deux méandres de la rivière qui marque la limite entre les actuels départements du Lot et de l'Aveyron. A l'est et à l'ouest, l'enceinte est bâtie sur l'escarpement de la roche, alors qu'un large fossé la précède au nord.
On entrait dans la place par une série d'ouvrages, aujourd'hui appelée "porte de Gergovie", qui précédait la "porte comtale", dans l'angle nord-est de l'enceinte. Les vestiges de la "porte de Gergovie" montrent des portes successives, couvertes par des arcs brisés, disposées en chicane et accompagnées d'une barbacane munies d'archères, à laquelle répondait une tour à talon dont la base subsiste sur l'autre côté de la route ; la porte comtale était munie d'une herse et surmontée d'une tour. Une seconde porte, dite "porte Vigane" du nom du hameau de Vic situé en contrebas du castrum mais aujourd'hui appelée "porte Narbonnaise", ouvre dans la partie sud-ouest de l'enceinte. En pierre de taille et couverte d'un arc brisé, elle a été complétée par une barbacane dont la porte est timbrée des armes des Genouillac. Un peu plus au sud, le mur d'enceinte laisse voir la base d'une tour en pierre de taille à contreforts plats, peut-être la tour dite "de Schriniol" qui aurait démolie vers 1765, et dans le front est, à proximité de l'actuelle place Saint-Andrieu, des pans de mur en pierre de taille. Les vestiges d'escalier en encorbellement donnant accès aux chemins de ronde subsistent près de la porte Vigane et de la tour de Modon. Au contact de la courtine nord, un vaste espace rompt avec l'organisation parcellaire du reste de l'agglomération. Une construction précédait la tour de Modon, formant un ensemble que le plan cadastral de 1833 qualifie de "citadelle", appellation sans aucun doute moderne : les fouilles réalisées en 1983 ont mis au jour des murs dont certains étaient peut-être antérieurs à la tour.

Éléments protégés MH : les ruines des anciennes fortifications : classement par arrêté du 16 mai 1911.

château de Capdenac 46100 Capdenac, propriété de la commune, les fortifications comptent sept portes avec un développement de murailles. Le donjon du XVe siècle abrite l’office de tourisme.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Propriétaire de cet édifice, vous pouvez enrichir notre base de données en nous adressant des photos pour illustrer cette page, merci.

A voir sur cette page "châteaux du Lot" tous les châteaux répertoriés à ce jour dans ce département.

 
 
 
 
 
 
 
   
 
 


(1)   
Texte de loi sur le droit à l'image des biens (photos)


Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.