châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château de Lustrac
 
 

               Le site de Lustrac est désigné sous le nom de "Mote de Motriaco" ou de "Monte-Naveisa" dans l'enquête de 1311 sur les usurpations commises au dépens du roi. Selon l'historienne L. Bourrachot, ce lieu pourrait correspondre au "castrum" de Monfavès mentionné en 1259, mais aucun élément probant ne vient valider cette hypothèse. Si un site castral a peut-être existé sur le bord du Lot dès cette époque, il fut réactivé à la fin du XIIIe siècle par la construction du barrage et moulin par Foulques de Lustrac, seigneur éponyme, établi dans une tour chevaleresque dont une baie trilobée et une baie jumelée (en remploi) sont caractéristiques du tournant des XIIIe et XIVe siècles. Une assise financière confortée par le captage des droits de passage, de meunerie et de pêcherie, ainsi que les faits d'armes de Naudonnet de Lustrac pour la cause française durant la guerre de Cent Ans, l'alliance avec les Durfort, permirent aux Lustrac de devenir une des familles nobiliaires les plus puissantes d'Agenais à l'aube de l'époque moderne. C'est durant cette période, entre la fin du XVe siècle et le milieu du XVIe siècles, que le château pris ses dispositions actuelles : un ensemble de corps de logis et de dépendances plutôt hétérogènes. Une fenêtre à meneau du rez-de-chaussée sur l'élévation nord, à moulurations croisées, témoigne en particulier des travaux qui furent alors effectués. Le château, détenu au début du XVIIe siècle par la famille de Masparraut puis revendu à M. Lespinette le Mayrat, est acquis en 1649 par Jonathan de Garrisson, greffe au bureau des finances de Montauban et conseiller secrétaire du roi, qui fit, semble-t-il, réaliser quelques réaménagements ; le portail d'accès à la cour intérieure comporte une pierre datée 1651. A la fin du XVIIe siècle, le domaine passe par mariage dans les biens de la famille de Scorbiac qui le conserve en ligne directe jusqu'à la Révolution, époque où les tours sont vraisemblablement découronnées. Des dépendances figurant sur le plan cadastral de 1830 ont disparu depuis. Délaissé au cours du 19e siècle, le château est acheté en 1891 par Joseph Maynot, maire d'Agen, qui entreprend de développer l'activité industrielle du site, et installe en 1914 une scierie dans la cour intérieure. L'ensemble château, boulangerie et moulin fut racheté entre 1963 et 1973 et entièrement restauré par les propriétaires actuels, chantier durant lequel les tours sud-ouest, nord-ouest et nord-est furent notamment surélevées.
Le château en bordure du Lot, face au moulin, se compose d'un ensemble de corps de logis et de dépendances adossés à une courtine flanquée de tours d'angles quadrangulaires. Une avant-cour abritant le jardin, fermée d'un mur de brique, précède la cour intérieure grossièrement carrée, accessible par un portail autrefois à pont-levis. Un puissant mur de soutènement en pierre de taille calcaire et tuf mêlées, avec reprises en moellon, assure la clôture côté Lot. La tour sud-ouest, la plus ancienne, est bâtie en pierre de taille calcaire, avec une nette reprise en brique côté cour. Légèrement désaxée, elle est reliée à la tour nord-ouest par une courtine en moellon équarri, contre laquelle est adossée l'aile ouest. Ce corps de bâtiment, à l'origine élevé au rez-de-chaussée sur une colonnade maintenant murée, comporte un second étage à pan-de-bois surmonté d'une galerie ouverte ; le colombage se compose de croix-de-Saint-André sur deux registres. La tour nord-ouest, demi-hors-oeuvre, avec fruit à la base en pierre de taille, est bâtie en moellon calcaire et brique mêlées puis en brique pour les parties hautes. Le corps de logis principal occupe l'aile nord. Le mur de courtine contre lequel elle s'adosse est en brique, alors que l'élévation sur cour est en calcaire et brique mêlés ; un enduit formant faux-appareil en masquait les irrégularités avant restauration. L'extrémité de cette aile, qui présente un décrochement côté cour, est en pierre de taille, de même que la tour hors-oeuvre nord-est, dite Grande tour. Une courtine en pierre de taille, puis en moellon, la relie à la tour sud-est, également hors-oeuvre, voûtée en berceau au rez-de-chaussée.

Éléments protégés MH : les façades et les toitures du château : inscription par arrêté du 1er février 1988. Les façades et les toitures du moulin ; le bief avec l'écluse et le barrage jusqu'à l'axe central de la rivière : inscription par arrêté du 1er février 1988.

château de Lustrac 47140 Trentels, l'ensemble château, boulangerie et moulin fut racheté entre 1963 et 1973 et restauré par les propriétaires actuels, chantier durant lequel les tours sud-ouest, nord-ouest et nord-est furent notamment surélevées, visite des extérieurs toute l'année.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous.
Nous remercions chaleureusement Cathy du site
http://lescreasdepatchie3340.centerblog.net/, pour les photos qu'elle nous a adressées pour illustrer cette page.

 
 
 
 
 château de Lustrac à Trentels  château de Lustrac à Trentels
 
 
 
   
 


(1)   
Texte de loi sur le droit à l'image des biens (photos)


Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/patrimoine, que nous remercions chaleureusement
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.