châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
 
Château de la Grangefort
 
 
 
 

    À l'origine, cette terre abrite une dépendance de la châtellenie de Nonette, vraisemblablement un bâtiment de stockage fortifié. Nonette fait partie de l'apanage de Jean, duc de Berry et frère de Charles V. Vers 1370, la famille d'Ambillon achète la seigneurie de La Grange et y bâtit un château. Pour cette seigneurie, les d'Ambillon rendent hommage au duc de Bourbon et d'Auvergne puis directement au roi de France suite au rattachement du duché d'Auvergne au domaine royal en 1527. Le château est vendu à Hugues de Pons. En 1592, alors que Gilbert de Pons défend le château de Nonette, les Ligueurs attaquent et brûlent le château de La Grange. La demeure est reconstruite peu après. À la Révolution, le château est saisi et vendu comme bien national. Un arrêté du district d'Issoire du 4 mai 1793 prévoit la destruction de ce monument du despotisme qui pourrait servir de refuge aux brigands et servir les complots malveillants (cité par Serres). La forteresse n'est que partiellement démolie, il subsiste une partie du rez-de-chaussée. Le château est acheté par l'ancien propriétaire, Michel-Denis de Pons, marquis de Pons et de La Grange. Le neveu de ce dernier vend le château au vicomte de Matharel, receveur général des finances à Bourges. Ce dernier fait reconstruire le château et le décore avec faste. Le château est acheté en 1916 par la famille de Lastic qui modifie légèrement la distribution du rez-de-chaussée.
Le château est reconstruit sur ses fondations médiévales et légèrement agrandi. Au cœur d'un parc paysagé, Honoré Vianne recrée une forteresse idéale. L'enceinte quadrangulaire est protégée par des douves à l'est et par une herse à l'ouest. Ces défenses, tout comme les bastions avec archères sont surtout décoratifs: les douves n'accueillent que quelques dizaines de centimètres d'eau et ne sont présentes que sur la façade donnant sur l'allée d'honneur, le pont levis qui les enjambe est assez petit et paraît bien fragile (il n'est sans doute guère utilisé et depuis une date indéterminée (XIXe siècle?) il ouvre sur un puissant canon qui bouche le passage et complète le décor militaire). La cour du château est protégée sur tous les cotés par des courtines crénelées avec bastions d'angles et tours. Mais la façade postérieure du château est très largement ouverte sur le jardin et sur le parc.
Le château et ses fortifications sont en pierres claires. Le donjon médiéval est surélevé et couronné de merlons et de mâchicoulis. On lui ajoute à l'est une chapelle surmontée d'une pièce à vivre dotée d'un élégant balcon néo-gothique. Au sud-ouest, le corps de logis est relevé on lui ajoute un étage, un avant-corps sur chaque façade et il est flanqué de collatéraux bas sur toute la longueur de la cour. Ce corps de logis est prolongé à l'extrémité de l'enceinte polygonale par une petite aile en retour de deux niveaux, cantonnée coté jardin par une forte tour circulaire. Sans doute inspiré par le néo-gothique anglais et par le style baronialécossais, Vianne couvre tous les bâtiments de merlons et cantonne tous les angles de tourelles en encorbellement, parfois si petites qu'elles sont pleines. Le donjon conserve un toit terrasse (qui posera de gros problèmes d'infiltrations) tandis que les parties habitables sont dotées de toits à deux pans à faible pente qui, depuis le sol sont invisibles. L'entrée principale est située dans l'avant-corps sur la cour, auquel Vianne donne l'allure du donjon du château de Balmoral.
Les travaux d'envergure menés par le vicomte de Matharel et Honoré Vianne donnent le jour à un château fort qui mêle les plans d'une forteresse médiévale et le goût du décorum et du pittoresque si prisés à l'époque, avec des gargouilles et quelques dentelles de pierre, avec une nfluence anglaise indéniable. Le nouveau château a tous les dispositifs souhaitables pour une forteresse tout en ayant assez de fantaisies pour rompre l'austérité de ce type de construction. Les décors intérieurs sont aussi très marqués par les arts du Moyen Âge. On fait même appel à Anatole Dauvergne, restaurateur des peintures de l'abbatiale Saint-Austremoine d'Issoire, pour créer des ensembles d'un néo-gothique érudit dans la chapelle et dans les pièces de réception.
La serre mauresque est située en contrebas au nord du château. On y accède par un grand escalier ponctué de deux bassins, dont un avec jet d'eau ou fontaine. La serre est composée de trois parties: celle du centre est la plus vaste elle donne à chaque extrémité sur une annexe. La salle centrale est animée par douze arcs outrepassés et des répétitions de ces motifs sur le mur du fond qui donne l’impression que l'architecture se prolonge. Le centre de la salle est occupé par une fontaine qui complète l'ambiance. Initialement, la pièce servait à conserver des plantes exotiques. Le bâtiment est agrandi par une serre métallique, assez peu esthétique, mais qui devait servir pour hiverner les jeunes plants et éventuellement les semis, les boutures et les plantes en pot de la terrasse ou du château.
Au sud-ouest du château, sont élevées de vastes dépendances: trois ailes formantun U et la cour est fermée par une aile plus basse dont la façade sur cour est concave et aminée par des arcades qui permettent de circuler à l'ombre ou à l'abri de les intempéries. L'architecture est similaire à celle des grandes exploitations agricoles et viticoles des environs d'Issoire, avec en plus des façades polychromes (briques rouges et enduit couleur beurre frais). Ces bâtiments permettent d'entreposer des voitures et les chevaux. Organisés comme un corps de ferme,ils abritent peut-être également une petite ferme modèle avec quelques animaux. Ce qui permettrait aux maîtres de maison de jouer aux bergers, tel que cela se pratique depuisla fin du XVIIIe siècle chez des émules de Marie-Antoinette. Ces dépendances servent à la gestion de la partie du domaine tournée vers l'agrément: le jardin, la serre et le parc. La partie agricole est excentrée, gérée par un régisseur dont la demeure etles bâtiments d'exploitation sont placés hors du parc, à moins d'un kilomètre de la résidence des maîtres.
Le château est acheté en 1985 par la famille van Bronkhorst qui transforme le parc en camping avec chalets et bungalows et aménage l'étage du château pour la location de chambres où le mobilier néo-gothique côtoie les décors orientaux et les ajouts modernes.

château de la Grange Fort 63500 Les Pradeaux, tel. 04 73 71 02 43, chambres d'hôtes et camping.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos, etc.) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Propriétaire de ce monument, vous pouvez enrichir notre base de données en nous adressant des photos pour illustrer cette page, merci.

   
 
 
 
   
 
 
 
 


(1)   
Texte de loi sur le droit à l'image des biens (photos)


Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/patrimoine, que nous remercions chaleureusement
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.