châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château fort de Gençay (Vienne)
 
 

     Lieu de défense naturel, l’éperon rocheux situé au confluent de La Belle et de La Clouère était un emplacement stratégique idéal pour la construction d’une forteresse au Moyen Age. Ainsi, dès la fin du Xe siècle, le village de Gençay possède un château qui marque la frontière de deux grands domaines, celui du comte de Poitou (au nord) dont il relève, et celui des comtes de la Marche et du Périgord, au sud. Aussi, le site, très convoité, fut l’objet d’attaques militaires multiples aux Xe et XIe siècles. Vers 1025, une puissante famille seigneuriale s’y fixa: les Rancon. L'ancien château fut peut-être détruit lors d’un raid, incendié, ou on le jugea inadapté aux nouvelles techniques de la guerre. Quoi qu’il en soit, peu après la victoire française de Taillebourg (1242), Geoffroy IV de Rancon, fidèle vassal de Louis IX et de son frère Alphonse de Poitiers, construit un nouveau château, qui permettra de défendre efficacement tout le sud du comté et de manifester la suprématie du pouvoir capétien dans l’Ouest de la France. Après l'extinction de la famille Rancon en 1260, le château revient par alliance aux seigneurs de L’Île, originaires de Touraine. Ceux-ci (Bouchard VIII et Barthélémy de L'Île) sont fait prisonniers ainsi que le roi Jean le Bon, lors de la bataille de Maupertuis en 1356. Dès lors, le château est occupé par Adam Chel d’Agorisses, l’un des capitaines du prince de Galles. Il ne sera repris qu’en 1375, après un siège de deux années, grâce au connétable Bertrand Du Guesclin. Confisqué par la Couronne, il appartient successivement à Jean de Berry puis au dauphin Charles (futur Charles VII). Restitué à ses anciens propriétaires en 1425, il passe par alliance dans les mains de la famille La Trémoille (1427), dans celles des seigneurs de Bueil (1549), puis dans celles des de Brilhac (1655) qui conservent le domaine jusqu’en 1753. Le marquis de Créquy le rachète alors. Jean-Marie de Milon, dernier seigneur du lieu, émigre lors des troubles révolutionnaires.
Le château, déjà inhabitable, est vendu et exploité comme carrière de pierres. En ruine, il est heureusement classé M.H. en 1840, grâce à Prosper Mérimée. Depuis 1990, des fouilles archéologiques, des études précises et d’importants travaux de restauration visent à faire mieux connaître cet édifice, exemple remarquable d’une architecture d’avant-garde au milieu du XIIIe siècle. Séparé du village par un fossé large de vingt mètres et de neuf mètres de profondeur, grâce auquel ont été extraites les pierres de la construction, le château adopte un plan triangulaire irrégulier (53 x 45 x 54 mètres). A l’origine chaque angle était flanqué d’une tour circulaire; il n’en subsiste que deux. Les tours sont reliées par de puissantes courtines, hautes de 20 à 28 mètres, au bas desquelles sont percées de nombreuses archères. L'ensemble forme une sorte de coffrage de pierre presque aveugle, d’une remarquable résistance. L'accès se pratiquait de deux manières: par le châtelet, une entrée fortifiée munie d’un pont-levis et défendue par quatre tours, ou par le passage piétonnier, un étroit goulet défensif dominant la vallée. Les tours d’angle et celles du chätelet comportent entre un et quatre niveaux. On accédait aux étages par un escalier en vis aménagé dans l’épaisseur des murs. Alors que le rez-de-chaussée et le sommet des tours étaient strictement défensifs, le premier étage offrait quelques commodités aux défenseurs: une cheminée et des latrines jouxtaient les postes de tirs destinés à l’usage de l’arc et de l’arbalète. Dans la cour, une cuisine, un puits, un cellier, une écurie et des bâtiments d’habitation seigneuriaux s’étiraient tout le long des courtines. (1)

Éléments protégés MH : les ruines du château de Gencay : classement par liste de 1840.

château de Gencay, rue de la Fontaine, 86160 Gençay, tél. 05 49 58 01 82, ouvert au public toute l'année, dépliants à l'office de tourisme de Gençay. Visites libres des extérieurs pour les individuels.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Propriétaire de cet édifice, vous pouvez enrichir notre base de données en nous adressant des photos pour illustrer cette page, merci. Nous remercions chaleureusement Monsieur Hub pour la photo de Gençay qu'il nous a adressée pour illustrer cette page.

A voir sur cette page "châteaux de la Vienne" tous les châteaux répertoriés à ce jour dans ce département.

 
 
 
 
 
   
 
 


(1)
    Texte de loi sur le droit à l'image des biens (photos)

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.