châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château de Lusignan (Vienne)
 
 

      Lusignan est le siège d’un puissant lignage dont l’origine reste encore controversée mais que rien ne permet de lier à une famille comtale. C’est le siège d’une viguerie attestée vers 988. La construction du château est attribuée à Hugues le Bien-Aimé, fils d’Hugues le Veneur, avant 1010. Il est question vers l’an mil d’une maison située près du grand pont sur la Vonne, dans le bourg du castellum de Lusignan. Pour Robert Favreau, elle était à Pranzay, première paroisse de la ville. Quoi qu’il en soit, le castellum ou castrum mentionné à plusieurs reprises au début du XIe siècle se développait peut-être déjà sur l’ensemble de l’éperon rocheux qui porte la ville actuelle. Il a pu être dans un second temps retranché à l’extrémité nord de l’éperon, barré par de profonds fossés que l’on peut encore lire dans le parcellaire. On sait par les chroniques que le château est pris et détruit par Henri II Plantagenêt en 1168, en réponse à la révolte menée par Hugues de Lusignan en Poitou et en Angoumois. Au début du XIIIe siècle, le seigneur de Lusignan acquiert le comté de la Marche, et celui d’Angoulême, et par son mariage avec Isabelle, veuve du roi Jean sans Terre, il devient le plus riche et le plus puissant vassal des rois de France et d’Angleterre en Poitou. Il est tout à fait probable que c’est à cette époque qu’est engagée la fortification de la ville. A la fin du XIVe siècle, Lusignan passe au duc de Berry qui entreprend des travaux d’aménagement et d’embellissement du château. Les enluminures des frères Limbourg témoignent de l'importance du château de Lusignan à cette époque et représentent avec beaucoup de précision les contours de l'ancienne forteresse simplement surélevée et complétée. Nous ne savons pas si ces travaux concernent l’enceinte de ville. Cette dernière a probablement été restaurée, comme le château, à la fin de la guerre de Cent ans. Elle est conservée jusqu’à la Révolution alors que le château est rasé à la fin du XVIe siècle.
Le château comprenait deux enceintes flanquées de tours et était accessible à l'ouest par la porte de Geoffroy protégée par une puissante barbacane. Il présentait deux parties séparées par une courtine: une basse-cour à l'ouest et la grande cour à l'est. Accessible par la porte de l'Échelle, la grande cour était dominée par plusieurs tours: Tour de la Fontaine (nord-ouest), Tour de l'Horloge (sud-ouest), Tour Poitevine (est) et, au nord, Tour Mélusine, véritable donjon de dimensions imposantes. Deux grandes constructions, reliées par une galerie de bois, l'occupaient au sud le Logis de la Reine avec probablement la chapelle Saint-Michel, au nord les grands bâtiments. Deux poternes (nord-est, sud-est) permettaient une communication avec la zone basse. De cet ensemble, il ne reste au nord que quelques vestiges où l'on remarque un grand appareil régulier avec glacis. La base de la tour Mélusine subsiste; elle était couverte d'une voûte en berceau dont on identifie un départ. La poterne est conservée ainsi qu'une partie de l'escalier qui la desservait, escalier doté d'une archère. Ces éléments peuvent tout à fait appartenir au début du XIIIe siècle. La connaissance du château acquise par l'examen des vestiges et surtout par l'iconographie autorise à voir deux grandes étapes de construction: l'une du XIIIe siècle qui donne à la place sa configuration d'ensemble avec la présence d'un donjon très ostentatoire, la tour Mélusine, reflétant la puissance du constructeur; l'autre de la fin du XIVe siècle avec une accentuation de l'aspect résidentiel qui illustre parfaitement ce "goût du luxe" caractérisant les résidences princières d'alors. Au XVIIIe siècle fut aménagé un jardin à la française par le Comte de Blossac, intendant du Poitou, et offre aujourd’hui un espace de détente très apprécié de la population et des touristes.

Éléments protégés MH : les vestiges en élévation et enfouis (promenade du Petit-Blossac et place du Bail, à l'exclusion d'une bande de 10 m. réservée pour d'éventuels aménagements du chemin de la Plage et situé hors de l'ensemble fortifié) : inscription par arrêté du 2 juillet 1997.

château de Lusignan, petite rue Saint-Louis, 86600 Lusignan, propriété de la commune, vestiges. Promenade du petit Blossac et place du Bail, site classé en 1935.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Propriétaire de cet édifice, vous pouvez enrichir notre base de données en nous adressant des photos pour illustrer cette page, merci.

A voir sur cette page "châteaux de la Vienne" tous les châteaux répertoriés à ce jour dans ce département.

 
 
 
 
   
 
   
 
 


(1)
    Texte de loi sur le droit à l'image des biens (photos)

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.