châteaux de France
             Accueil          Châteaux Val de Loire          Châteaux pour réceptions          Châteaux à l'abandon          Contact
 
 
 
 

 

 
Château de Rambouillet
château de Rambouillet

        En 1368 Jean Bernier, chevalier, conseiller et maître des requêtes de l'hôtel du roi, prévôt de Paris, achète à Girard de Tournebu un manoir qu'il fait transformer en 1374 en un véritable château fortifié et entouré de douves. Château de plan pentagonal irrégulier, avec un corps de logis triangulaire cantonné de tourelles, d'une tour, d'un châtelet d'entrée et d'une cour fermée de courtines, ces transformations doivent se comprendre au regard de l'ordonnance de Charles V du 19 juillet 1367 prescrivant d'armer les châteaux, c'est l'époque où le roi fait fortifier à Paris le Louvre et la Bastille. Dès 1384, Guillaume, fils de Jean Bernier, vend le château à Regnault d'Angennes, écuyer et 1er valet tranchant du roi. Il restera dans la famille d'Angennes pendant plus de trois siècles, jusqu'en 1699. Pendant la guerre de Cent Ans, le château fut pillé et incendié entre 1425 et 1428.

Il fut restauré en 1484 par Jean II d'Angennes et son épouse. Jacques d'Angennes, capitaines des gardes du corps de François Ier, agrandit le domaine en achetant les terres d'Auffargis etde Poigny, la châtellenie des Essarts le Roi et divers terrains alentours constituant un beau domaine de chasse, grand amateur de chasse, François Ier vient souvent à Rambouillet. Il y meurt le 31 mars 1547, dans la chambre haute de la grosse tour qui a subsisté jusqu'à nos jours. En 1612, Louis XIII érige la terre de Rambouillet en marquisat au profit de la famille d'Angennes, époque où Catherine de Vivonne, marquise de Rambouillet, épouse de Charles d'Angennes, tient salon dans son hôtel de Rambouillet à Paris. Leur fille Julie, épouse le duc de Montausier à qui elle apporte en dot le domaine de Rambouillet, il l'agrandit et fait redessiner les jardins.

château de Rambouillet
château de Rambouillet

À la suite du mariage de la deuxième fille de Julie d'Angennes le domaine passe au duc d'Uzès, mais il a des problèmes financiers et doit vendre le château en 1699 à l'un de ses créanciers, Joseph Fleuriau d'Armenonville. Louis-Alexandre de Bourbon, comte de Toulouse fils naturel légitimé de Louis XIV et de Madame de Montespan, amiral de France, souhaitant posséder un domaine de chasse aux environs de Paris, jette son dévolu sur Rambouillet. D'Armenonville est contraint de lui céder le domaine en 1706. Le comte de Toulouse va développer et embellir la propriété. Il fait construire de splendides écuries et des communs reliés au château par un souterrain. Une campagne de travaux a lieu de 1706 à 1709. Les façades sur cour sont homogénéisées et la cour est fermée par une grille semi-circulaire. Lorsqu'il quitte le conseil de Régence en 1722 le comte de Toulouse se retire à Rambouillet.

Il lance de 1730 à 1736 une deuxième campagne de travaux sous la direction de l'architecte Desgots. Elle vise à doubler l'aile ouest par la création d'un appartement dit appartement d'assemblée. En dépit de l'importance du projet, l'intervention de Desgots est relativement discrète. Il fait déplacer la tourelle d'angle pour ne pas bouleverser l'équilibre du château. La principale originalité est un balcon courant sur la façade le long du nouvel appartement. Les aménagements intérieurs réalisés à la même époque sont d'un très grand luxe. Un bel ensemble de boiseries sculptées est réalisé par François Vassé, qui a travaillé également à l'Hôtel de Toulouse, et Jacques Verberckt. À la mort du comte de Toulouse en 1737, l'édifice passe à son fils, le duc de Penthièvre qui fait embellir les jardins, développer le réseau de canaux pour constituer un ensemble d'îles, fait aménager 25 ha du parc à l'anglaise avec fabriques.

chateau de rambouillet
chateau de rambouillet

La chaumière aux coquillages, l'ermitage, le pavillon chinois datent de 1770-1780. Louis XVI qui, comme Louis XV, chasse en forêt des Yvelines, mais trouve trop exigu son château de Saint-Hubert, demande à son cousin le duc de Penthièvre de lui céder son château et la vente est conclue en décembre 1783. Louis XVI fait bâtir, sous la direction de l'architecte Jacques Jean Thévenin, des communs à la place des anciennes écuries et de nouvelles écuries pour 500 chevaux. Marie-Antoinette déteste Rambouillet et pour tenter de la séduire, Louis XVI fait élever en juin 1787, une belle laiterie et remanier les jardins par Hubert Robert. Sous la Révolution le domaine est délaissé. Napoléon Ier fait restaurer le château qui est inscrit sur sa liste civile.

Famin est chargé de revoir la décoration de plusieurs appartements. Dans le parc, il élève de nouvelles fabriques et plante de nouvelles essences, dont une allée de cyprès chauves de Louisiane, la première de France. Sur le chemin de l'exil, Napoléon passe à Rambouillet la nuit du 29 au 30 juin 1815. Avec le retour des Bourbons sur le trône, Rambouillet est remeublé et des travaux sont exécutés pour effacer les insignes impériaux. On entreprend de modifier la façade sur le jardin, le chantier est interrompu après avoir fait réaliser trois baies en plein cintre, ce qui donne aujourd'hui un aspect étrange et peu homogène à cette partie du château. C'est là que Charles X prenant lui aussi la route de l'exil, abdique en faveur de son petit fils le duc de Bordeaux le 2 août 1830. Louis Philippe Ier ne veut pas conserver le château sur sa liste civile et le remet à l'administration des domaines, qui le loue à divers occupants;

château de Rambouillet
chateau de rambouillet

le baron de Schickler, le comte Duchâtel, un restaurant de luxe, etc. En 1852, il réintègre la liste civile de Napoléon III qui y fait quelques séjours. Après la chute du Second Empire l'administration envisage un moment de le transformer en hôpital, soulevant les protestations indignées d'Adolphe Thiers. Mais dès 1883, les Présidents de la République reprennent la tradition des chasses à Rambouillet. Jules Grévy, Sadi Carnot, Jean Casimir Perier aiment ce château. Celui ci est aménagé en résidence d'été pour Félix Faure et devient officiellement résidence présidentielle le 23 février 1886, le château de Rambouillet fut le siège de la première rencontre au sommet des pays les plus industrialisés à l'initiative du président Valéry Giscard d'Estaing en 1975.
Certaines photos proviennent du site www.all-free-photos.com, nous remercions le propriétaire !

 
château de Rambouillet 78120 Rambouillet, ouvert tous les jours du 1er avril au 30 septembre de 10h à 11h 30 et de 14h à 17h, du 1er octobre au 31 mars de 10h à 11h30 et de 14 à 16h30 et 15h30, sauf le mardi et pendant les séjours présidentiels...

Ce site recense tous les châteaux et manoirs de France, si vous possédez des documents concernant ce château, (architecture, historique, photos, etc.) ou si vous constatez une erreur, contactez nous.


Licence photo©webmaster"B-E", libres de droit à condition de nous demander et citer la source. (1)

 
 
 

 

 
 
 
 
 

 

 

 
(1)   
Texte de loi sur le droit à l'image des biens (photos)


Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
Copyright ©webmaster@chateau-fort-manoir-chateau.eu     Tous droits réservés.