châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Manoir de La Bertholière à La Bussière
 
 

           Le manoir de la Bertholière date probablement de la fin du XVe siècle ou du début du XVIe siècle. Il constituait une enceinte défensive, approximativement carrée, dont le tracé est visible sur le plan cadastral de 1826. Le logis, remanié, mais toujours présent de nos jours, occupait le côté ouest de l'enceinte. Ses différents niveaux étaient desservis par une tour d'escalier circulaire aujourd'hui disparue, accolée à l'élévation orientale. Cette tour est présente sur le plan cadastral de 1826 mais elle disparaît à une date inconnue au XIXe siècle. Des ouvertures murées qui communiquaient avec cet escalier en vis sont toujours visibles. Le plan cadastral de 1826 révèle aussi l'existence de plusieurs bâtiments disparus qui occupaient les différents côtés de l'enceinte. Enfin, le tracé en arc de cercle de la parcelle au nord-est du logis suggère la présence autrefois d'une tour circulaire défensive dans cet angle. Une photographie de Jules Robuchon, datant du début du XXe siècle, témoigne de l'existence d'un portail au nord de l'enceinte. Ce portail était composé d'une porte cochère en arc segmentaire et d'une porte piétonne, surmontées d'un mâchicoulis et encadrées de deux colonnes. Ce portail a probablement disparu lors des décennies suivantes. Selon la tradition, il aurait été vendu et envoyé aux États-Unis entre les deux Guerres Mondiales. Le logis et le pigeonnier datent probablement de la fin du XVe siècle ou du XVIe siècle. Le logis a conservé de nombreux éléments anciens: plusieurs encadrements d'ouvertures (encadrements de baies chanfreinés ou moulurés en cavet), une cheminée dans l'étage de soubassement, une bretèche. Le logis a cependant été largement remanié au XIXe siècle: la destruction de la tour d'escalier a nécessité la construction d'un nouvel escalier et la réorganisation intérieure du bâtiment; beaucoup d'ouvertures, notamment au rez-de-chaussée et au premier étage, ont été percées, modifiées ou agrandies au XIXe siècle. En 1827, le logis comprend 15 ouvertures, soit moins qu'aujourd'hui, ce qui suggère le percement de plusieurs ouvertures au XIXe siècle.
Le manoir appartenait à la famille de Laage de la Bertholière. Les armoiries de cette famille sont gravées sur deux écus sur la corniche du pigeonnier, ce qui suggère qu'ils détenaient le domaine depuis la fin du XVe siècle ou le début du XVIe siècle. Ils étaient toujours propriétaires du domaine en 1826, lors de la réalisation de l'ancien cadastre. A cette date, ils possédaient également, dans la commune de la Bussière, le château de Foussac, le manoir de La Bussière et de nombreuses fermes dans la commune. En 1841, le château est passé aux mains de Frère et Chambardelle, puis en 1851 d'Edouard Frère, avant de devenir la propriété de Charles Delatouche en 1857. Le manoir a été acheté par la commune de La Bussière à la fin des années 1960. Un village de vacances est alors aménagé autour du logis et cinq tours sont construites pour accueillir les vacanciers. Le logis est restauré et aménagé à l'intérieur. Le pigeonnier est également restauré ; son lanternon et une lucarne, visibles sur les photographies anciennes, sont alors supprimés. Vers 2000, les bâtiments sont jugés inadaptés : de nombreuses maisons individuelles sont construites pour loger les touristes et quatre des cinq tours sont détruites, la dernière servant aujourd'hui à accueillir le personnel. Le manoir de la Bertholière est l'un des nombreux édifices contrôlant autrefois la vallée de la Gartempe. Le logis est un bâtiment de haute taille, implanté sur la rive gauche, à environ 300 mètres de la rivière.
Le manoir est composé d'un étage de soubassement, accessible uniquement depuis l'est du fait de la pente, d'un rez-de-chaussée surélevé et de deux étages. Les angles du bâtiment sont légèrement arrondis. Il est coiffé d'un toit à longs pans assez pentus, couverts en tuile plate. L'élévation orientale est percée au niveau de l'étage de soubassement de deux portes et de deux fenêtres, une troisième fenêtre ayant été murée. La porte et la fenêtre situées à droite sont plus anciennes et présentent des pierres d'encadrement chanfreinées. A gauche de la porte est visible le piédroit d'une ancienne porte. Ces deux portes desservaient chacune une moitié du logis depuis la tour d'escalier disparue. Sur cette même élévation, trois grandes fenêtres éclairent le rez-de-chaussée et trois autres le premier étage. Leurs encadrements sont similaires. L'encadrement d'une ancienne fenêtre murée est encore visible au premier étage. Au second étage, deux petites fenêtres ont des encadrements moulurés en cavet. Le mur pignon nord est percé d'une seule fenêtre éclairant l'étage de soubassement. Les corbeaux de latrines disparues sont visibles au rez-de-chaussée surélevé. Les latrines du premier étage, intégrées dans une bretèche, ont été conservées. Une console est constituée de trois quarts de rond successifs. Quatre ouvertures ont été pratiquées dans les parois verticales de la bretèche pour le tir défensif. Une fenêtre à encadrement chanfreiné est murée au niveau du comble. L'élévation ouest est percée de deux baies à chaque niveau. Au premier étage, une baie haute et étroite présente un linteau mouluré en cavet en remploi. Les encadrements des deux baies du second étage, comme sur l'élévation est, sont moulurés en cavet. L'élévation sud, aveugle aujourd'hui, présente une fenêtre murée à encadrement chanfreiné dans le comble.
A l'intérieur, un mur de refend, légèrement excentré au nord, divise les niveaux en deux grandes parties. La cheminée la plus ancienne, adossée à ce mur, est conservée dans le soubassement. Elle est constituée d'une grande hotte adossée en pierre, de corbeaux moulurés, dont un est décoré d'un arc brisé incisé, et de piédroits en forme de colonnettes. De nombreuses portes intérieures présentent un encadrement chanfreiné. Un escalier récent dessert aujourd'hui les différents niveaux. D'immenses poutres, dont une mesure environ 80 centimètres de côté, soutiennent les solives des différents plafonds. Le second étage présente deux fenêtres munies de coussiège (l'une a l'ouest, l'autre a l'est). Des latrines sont aménagées dans une bretèche sur le mur latéral nord. Au second étage également, une ouverture murée dans l'élévation est communiquait probablement avec la tour d'escalier, ce qui indiquerait que cette dernière s'élevait jusqu'au quatrième niveau du logis. Le pigeonnier est situé au nord-est du logis. De plan circulaire, il mesure environ dix mètres de diamètre et il est couvert d'un toit conique en tuile plate. La porte d'entrée est relativement large, couverte d'un linteau en bois et sans décor. Une corniche sur modillons ceinture la partie supérieure de l'élévation. Deux écus sont sculptés sur cette corniche, l'un sur un modillon à l'ouest, le second sur la mouluration de la corniche au sud, à l'aplomb de la porte. Ces écus portent des armoiries identiques, celles de la famille de Laage de la Bertholière: d'azur, à la fasce d'argent, accompagné de trois croissants posés deux en chef et un en pointe. A l'intérieur, le pigeonnier comprenait environ 40 rangées de 100 trous, soit environ 4000 trous, mais un certain nombre ont été supprimés (approximativement un quart).

manoir de La Bertholière 86310 La Bussière, propriété de la commune, visible de l'extérieur.

Notre site recense tous les manoirs de France, si vous possédez des documents concernant ce manoir (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous.
Propriétaire de cet édifice, vous pouvez enrichir notre base de données en nous adressant un historique détaillé et des photos pour illustrer cette page, merci.
A voir sur cette page "châteaux de la Vienne" tous les châteaux répertoriés à ce jour dans ce département.

 
 
 
 
   
 
   
 
 


(1)
    Texte de loi sur le droit à l'image des biens (photos)

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.