châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Manoir de Mortier à Montamisé
 
 

   Le hameau de Mortier s'organise autour du domaine du même nom, ancien fief relevant de l'abbaye de Saint-Hilaire-de-la-Celle de Poitiers. Un certain Gauffredus de Morteris est cité en 1162. Mortier est ensuite plusieurs fois mentionné au cours du Moyen-Age. Les 8 février 1487 et 25 juin 1494, Charles Bonnaud, bourgeois et marchand à Poitiers, bientôt maire de cette ville, rend aveu de "l'hôtel de Mortier" à Guillaume Roger, abbé de Saint-Hilaire-de-la-Celle. Dans l'aveu de 1487, il déclare avoir fait bâtir à Mortier "un logis garni de granges, étables et autres bâtiments". Il s'agit probablement de l'actuel manoir, dont plusieurs éléments datent de cette fin du 15e siècle. L'aveu de 1494 mentionne en plus la garenne qui entoure le domaine, et le pigeonnier ou fuye. En 1488, son domaine est érigé en fief, avec droit de fuie et de garenne. Un autre aveu est rendu pour Mortier en 1532 par Jacques Gabois. Une confusion existe dans les sources avec le fief de la Grimoardière, localisé à Mortier, et dépendant de la Tour Maubergeon de Poitiers. Plusieurs aveux sont rendus pour ce fief à partir du XVe siècle, par exemple le 24 juillet 1415 par Pierre Grimoard le Jeune, époux de Jeanne de Mazé, "pour son domaine de la Grimoardière, situé à Mortier", auquel sa famille semble avoir donné son nom. D'autres aveux sont rendus en 1489 par Charles Bonnaud, déjà propriétaire du fief de Mortier, puis les 1er mars 1564 et 25 septembre 1580 par Guillaume de la Fuye, procureur au présidial de Poitiers. Le fief de la Grimoardière se confond ensuite avec celui de Mortier. Peut-être faut-il voir dans cette fusion le transfert à la fin du Moyen Age, affirmé aujourd'hui encore par la tradition orale, entre un ancien fief situé, dit-on, à l'actuel 7 allée de la Guimarderie, et celui construit à l'actuel 41 rue de Mortier.
En tout état de cause, au milieu du XVIIe siècle, Pierre Rousseau, trésorier de France à Poitiers, est à la fois sieur de Mortier, comme avant lui son beau-père, Simon Le Blanc, président en l'élection de Poitiers, et détenteur du fief de la Grimoardière pour lequel il rend un aveu le 16 juin 1636. Vingt ans plus tard, le 29 septembre 1656, Marie de Brilhac, femme de Louis Rousseau, sieur de La Salle, trésorier de France au bureau des finances de Poitiers, seigneur de Mortier, est la marraine d'une nouvelle cloche de l'église de Montamisé. Peu après, Mortier et la Grimoardière échoient à la famille Foucqueteau, originaire de Montamisé. Un aveu est en effet rendu le 15 octobre 1669 par Pierre Fouqueteau, seigneur de Mortier et de la Grimoardière, époux de Florence Ragonneau, docteur-régent en la faculté de médecine de Poitiers. Son fils Charles Fouqueteau, avocat en parlement, échevin de Poitiers, époux de Marie Richard, lui succède comme seigneur de Mortier et rend aveu en 1691 pour le fief de la Grimoardière. Après lui viennent son fils Pierre-Charles, seigneur de Mortier et de la Grimoardière, échevin de Poitiers, époux de Marie-Radegonde Chauvet, puis leur fils, Charles-René, seigneur de Mortier, échevin de Poitiers. Sa veuve, Louise Drouault rend hommage du fief de la Grimoardière le 23 août 1764, et est la marraine d'une nouvelle cloche à l'église de Montamisé en 1769. Un autre aveu est rendu le 11 février 1775 par leur fils, Charles-Aimé Fouqueteau dit de Mortier, seigneur de Mortier et de la Grimoardière, président-trésorier de France.
Le manoir est construit au nord d'une grande cour entourée au sud et à l’ouest par un mur et dont le côté est est occupé par de vastes communs en longueur. Une dépendance occupe l’angle sud-ouest de la cour, encadrant, avec le mur ouest, l’entrée du domaine. Un départ de portail y est observé. Avec les dépendances disparues, à l'ouest de la cour, l'ensemble formait un U. Au milieu de la cour se trouve la fontaine de l’ancienne citerne autrefois située à l’arrière du logis. En plus de cette citerne, le domaine comptait trois puits et une mare, dite "la fosse à boire", située au nord. La façade principale du logis, au sud, présente six travées et sept baies en rez-de-chaussée: en effet, jumelée à la porte principale, décentrée, une autre porte mène au sous-sol. Les appuis des fenêtres de l’étage sont moulurés. Une girouette est visible à l’extrémité ouest du faîtage. A l'arrière du logis s'étend le jardin et, au nord-est, l'ancien clos du domaine où se trouvait la mare.A l'ouest du jardin se situe l'ancien pigeonnier. De forme octogonale, et ouvrant par une porte à l'ouest, il a perdu la partie supérieure de ses murs. A l'intérieur, sept rangées de boulins à pigeons sont toujours visibles. A hauteur du linteau de la porte, un perchoir marque la séparation entre le niveau inférieur du mur et les boulins. Par endroits, d'autres rangées de boulins apparaissent au-dessus, séparées des sept premières par un perchoir. Le manoir se prolonge à l’est par un second logement auquel sont adjointes des dépendances agricoles. Ce logement comprend un étage carré et un comble à surcroît. Il présente vers le sud une façade à trois travées et quatre baies en rez-de-chaussée, dont la porte latérale. Il est prolongé vers l'est par une grange à façade en gouttereau et avec une porte à arc segmentaire.

manoir de Mortier, 43 et 45 rue de Mortier, 86360 Montamisé, propriété privée, ne se visite pas.

Ce site recense tous les manoirs de France, si vous possédez des documents concernant ce manoir (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Propriétaire de cet édifice, vous pouvez enrichir notre base de données en nous adressant des photos pour illustrer cette page, merci.

A voir sur cette page "châteaux de la Vienne" tous les châteaux répertoriés à ce jour dans ce département.

 
 
 
 
   
 
   
 
 


(1)
    Texte de loi sur le droit à l'image des biens (photos)

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.